Vente Vraiment Offres De Sortie Sandales Pour Les Femmes À La Vente En Sortie Bronze Antique Cuir Miroir 2017 75 Choo Londres Jimmy Originale Sortie Meilleure Vente 2018 Plus Récent Wpw02

SKU204181280742256342098
Sandales Pour Les Femmes À La Vente En Sortie, Bronze Antique, Cuir Miroir, 2017, 7,5 Choo Londres Jimmy
104
agenda
Mai Noir Et Blanc Cassé Baskets London Giuseppe Zanotti Vente En Gros Prix bdjab
Édito
Libre Choix D'expédition Femmes Slip Tan Extra Large Sur Les Mocassins Evans Prix Le Moins Cher Prise Choisir Une Meilleure Prise Recherche À Vendre TK4jixH
Le signal de l’océan
agenda
Chaussures Mocassins Snobs Vente Pas Cher Livraison Gratuite Acheter En Ligne Nouvelle noLu6ga
Disques
The Black Leaders «Fix of
Occasion Sandales Paillettes Christian Louboutin Livraison Gratuite 2018 Best-seller Prix Pas Cher Qualité Supérieure Pas Cher En Ligne Magasin De Vente Pas Cher BF4KWxZEy
«Trop forts les Corses» de
Sandales Pour Les Femmes En Vente Blanc Cuir 2017 25 35 75 85 Moncler La Sortie Dernière Pas Cher Grand Escompte Images Bon Marché Vente De Footlocker Achat De Réduction niqucYoi
Nouvelle Ligne Pas Cher Réel Frais De Port Offerts Mocassins Fleur Dor Roger De Vivier Expédition Grande Vente Libre NZe8BaCCp9
Essai
Souvenirs involontairesun livre de Madeleine Chapsal
Star Wars – Strips
Essai
les 150 ans du Thabor

Emmanuelle Jowa | Publié le | Mis à jour le

Emmanuelle Jowa

La chanteuse s'était livrée dans un entretien au long cours où elle parlait notamment de Lara Fabian. | © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Musique

En 2003 Maurane nous accordait un entretien au long cours. Elle s'y révélait entière, vulnérable et cash. À son image.

Elle apparaît dans le bar de l’hôtel Manos à Bruxelles. Petite, elle porte un tailleur kimono noir. Un presque uniforme. Elle a le teint laiteux, «fraîche et dispose» , dit-elle. En même temps, elle semble un peu lasse. Une forme de nonchalance bon enfant. Mais ne pas s’y tromper, sous des allures débonnaires, cool, la Maurane bluesy, la fêtarde assumée est plus active qu’il n'y paraît. Elle commande un thé au citron, avec du miel. Pour la voix? «Non, par goût. Je suis une oursonne.» Elle aime aussi le saké qui accompagne un bon sushi pour causer en «mémères» avec son amie Lara Fabian dont elle salue l'ambition à l'américaine.

Maurane parle de son propre tempérament passionné, parfois exclusif. La douleur de liens trop serrés. Il y a eu la disparition de son père. Des années de thérapie pour toucher le bonheur, vers la quarantaine. Un labeur teinté de carpe diem, «à la wallonne» , avec neuf heures de sommeil. Il faut aussi, souligne cette angoissée qui manie le paradoxe, que tout soit symbole d'amusement.

AdChoices
广告
inRead invented by Teads

Vous avez souvent travaillé avec des amis. Il y a parfois des ruptures dans vos collaborations mais les piliers sont récurrents.

Maurane. Il y a des gens avec qui je travaille depuis très longtemps et des gens avec qui j’avais travaillé il y a très longtemps et qui reviennent. Ce sont des équipes gagnantes il n’y a aucune raison qu’elles s’arrêtent. Quand j’aime quelqu’un c’est pour la vie et je pense que les gens me le rendent bien quelque part même si de temps en temps il y a des circonstances dans la vie qui font qu’à un moment donné on se sépare pour telle ou telle raison.

Ça vous est arrivé comme ça de regretter des séparations professionnelles et amicales?

Oui mais en même temps, je suis de moins en moins inquiète car je pense que les gens que l’on aime profondément, on fini toujours par les retrouver. Admettons que je me sois disputée, ce qui arrive de temps en temps car je suis quelqu’un d’assez passionné et j’ai des rapports assez passionnels avec les gens, il y a toujours des moments où on se retrouve. Même si, comme par hasard j'attire aussi un peu les relations fusionnelles donc ce n’est pas toujours évident à vivre. Mais avec les années, on s’adoucit. De leur côté, les gens que l'on a connus essayent d’arrondir un peu les angles il y un moment où l’on se retrouve, plus calmement, plus sereinement. Et c’est bien.

Bonne Vente Pas Cher À Trouver Les Meilleurs Femme Naya Cinq Hors Septembre Lépaule Dentelle En Coton Mélangé Minirobe Froissée Taille Bourgogne 10 Cinq Septembre Rabais Vraiment Acheter À Bas Prix Sneakernews AvktYo
Publics Ailleurs
Galerie Angeliki Koukoutsaki-Monnier Laisser un commentaire

Christian Ruby , École des Beaux-Arts TALM (Tours)

Devenir spectateur? Invention et mutation du public culturel

Commençons par un petit exercice

Afin d’entrer dans le débat nécessaire sur la spectatorialité d’art, j’appelle chacun(e) à tenter deux exercices, qui ne se retournent pas en conseils donnés aux «autres» mais puisent à des sources auxquelles je me suis rendu moi-même, et que chacun(e), dans notre culture et désormais dans la culture , peut ressaisir, voire remettre en question.

Ce sont deux exercices de spectateur.trice contemporains (d’art et de culture uniquement):

Le premier consiste pour chacun(e), au-delà de la fascination que peut imposer tel ou tel spectacle (dans une institution: musée, théâtre, cinéma, concert), à formuler sa manière d’être face à une œuvre classique, y compris à présent, puis sa manière d’énoncer pour les autres ce qui a été approché («c’est beau!»…), en se laissant aller à dire les plis esthétiques de son corps (passage de l’extérieur à l’intérieur, mouvement du corps et de l’œil face à l’œuvre, maintien, lassitude, mal aux pieds, reconnaissance des figures…) et leur accès à la parole échangée.

Le second exercice consiste à observer sur soi-même, par contraste avec le résultat précédent, la différence qu’opère la rencontre d’œuvres contemporaines – si tant est qu’elles brouillent les codages classiques, y compris en parodiant les institutions culturelles: installations, immersions, implications, participations, etc. – prêtant non seulement à d’autres attitudes, mais aussi à d’autres échanges de parole avec les autres.

Cette approche différentielle de soi du spectateur et des conflits ou diffractions qui traversent manifestement son corps (inséparable de l’esprit et de la parole) du fait de ces deux types d’exercices suscités par des formes d’arts d’exposition, parfois concomitants dans les parcours de spectateurs (expositions de confrontation classique/contemporain, par exemple), conduit à reconnaître que chacun(e) de nous, comme spectateur.trice, comme corps sans cesse en devenir et souvent matière du spectacle, s’exerce esthétiquement dans un rapport à une œuvre et à un contexte institutionnel. Nous ne sommes pas spectateurs.trices par nature.

Le spectateur n’est pas, il le devient

Comme entrée en matière dans mon travail de philosophe, ces exercices montrent qu’en situation artistique et esthétique moderne – corrélative de l’art d’exposition (et non de l’art de culte) –, nous sommes actifs, nous spectateurs et cette mutation nous différencie de notre quotidien, du travail, etc. Ils montrent non moins qu’il n’est pas de spectateur (d’art) en soi, sans présence à l’œuvre (rapport), en dehors d’une écoute, d’un regard (gestique), d’une sensibilité en un mot, orientés plus ou moins conflictuellement vers elle (code), organisant la matière même de l’art en rapport à soi et au discours que l’on adresse alors aux autres. Ce qui ne signifie pas que d’autres instances (l’État et le spectacle politique comme forme de pouvoir, les médias…) ne tentent pas de nous inciter à la position de spectateur dans une logique, cette fois, de soumission. Quoique là où il y a du spectacle, il n’y a pas nécessairement «spectateur», même si le spectacle s’y essaie.

Ces exercices accomplis, il est aisé d’aborder mes recherches philosophiques – appuyées sur l’histoire, la sociologie, la linguistique –, pour autant qu’elles rendent compte des fins et moyens de la construction de la spectatorialité d’art et de culture, et prouvent que le rapport aux œuvres d’art et de culture ne peut être mécanique (ni réfléchi de manière mécanique), puisqu’on peut s’en désassigner.

Ces deux recherches trouvent leur point culminant dans les questions philosophiques suivantes: comment est-ce que je reçois cette œuvre? Quel spectateur veut-elle faire de moi? Comment me fait-elle spectateur et à quel titre?

Interroger l’histoire culturelle de la figure du spectateur

Ouvrons plus largement encore le débat. Lorsqu’on tente de constituer le spectateur en une question, c’est toujours la pseudo histoire d’une essence qu’on met en avant, et non l’histoire réelle d’un rapport, d’une série de luttes entre des formes ou des possibilités culturelles. Il est d’usage courant d’affirmer qu’il existe des spectateurs depuis les Grecs, que l’Art est une valeur éternelle, et lorsqu’on veut être à la mode du temps on méprise le spectateur, on dit de lui qu’il est «passif» en convoquant des systèmes de causalité qui finissent par faire croire que le public est coupable de ses incapacités, qu’il ne doit qu’à lui-même de céder à la «bêtise» et au «formatage» médiatique.

Or, une histoire culturelle du spectateur propose de tous autres constats, qu’explicitent aussibien des tableaux ( de Johann Zoffany, 1772), des romans (, de Denis Diderot), ou encore des films (engageons le lecteur à comparer plusieurs regards sur le public: Théâtre des Champs-Elysées, 1924, Marcel L’Herbier, ; le même théâtre, 2016, Michael Haneke, ; et la photo ici proposée: 2006, Chatelet)

L’entreprise de construction de cette histoire – qui occupe actuellement dans mon travail trois volumes – offre des perspectives plus subtiles: sur un premier devenir (historique), celui de l’éducation de l’œil moderne dans sa rupture avec l’œil médiéval accompagnée de la constitution de la notion de spectateur, et de l’élaboration de ses légitimations en lien avec l’émergence du sujet moderne; tout en amorçant non moins de réflexions portant sur la déconstruction de cette figure dans les avant-gardes du 20 siècle et dans l’art contemporain, quoique pas au même titre; mais aussi un autre devenir plus individuel et constamment repris, celui de notre mutation de passant (hors exposition) en spectateur (dans l’exposition); et encore le devenir de l’échange des appréciations dans l’espace public.

Vers une théorie du devenir-spectateur

Cette histoire culturelle est désormais – avec la publication de (Toulouse, L’Attribut, 2017) – complétée par une théorie du devenir spectateur.trice. Ce n’est pas une théorie le spectateur, exposée afin de réformer un spectateur soi-disant «passif». Prétention inutile, d’autant qu’elle confond la transformation sensible des spectateurs avec la transformation sensible. C’est une théorie spectateur. Théorie s’entend ici au sens de la construction de schèmes conceptuels permettant de saisir et comprendre les transformations du présent et les politiques culturelles qui y sont conduites. Qu’en attendre? C’est sans doute une théorie politique du spectateur, qui explore le champ d’exercice et de fonctionnement du spectateur d’art, dans son rapport à ce qu’on fait et veut du soi-disant spectateur de la politique.

D’une manière ou d’une autre, il importe de combattre l’infantilisation à laquelle les spectateurs sont souvent voués. N’est-il pas admirable que l’on trouve tant de manières d’accuser le public d’être, dit-on, incapable de saisir quoi que ce soit, inconstant et peu préoccupé de ce à quoi il est confronté ? On traite alors de ce sujet sans même en effleurer la véritable question: comment se fabrique le public, comment se constitue-t-il comme public, comment se manifeste-t-il et peut-il contredire ce qu’on veut de lui? Et de rappeler les droits aux trajectoires et à l’émancipation. Il importe aussi de dégonfler les mythes des arts, et notamment tous ces propos qui «oublient» les spectateurs ou les traitent numériquement (la jauge d’une salle, la comptabilité des spectacles…).

Néanmoins, je ne parle à la place de personne, mais reste attentif aux protestations des spectatrices et spectateurs contre les assignations qui déstabilisent les schémas de fonctionnement du rapport œuvre-spectateur.

Site de référence: Chaussures Flâneur Conducteur Pour Les Hommes Bleu Foncé Cuir Suède 2017 10 11 6 65 7 75 8 85 9 Tod offre Fourniture Sortie 5wVmEDQG

Crédit photo mise en avant : Vincent Tantardini, Unsplash

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées .

Qualité , Témoignages , Versions 2015

My Business School

Le Groupe MBS décroche sa certification AFAQ ISO 9001 version 2015, en seulement neuf mois. Un atout concurrentiel de taille, qui répond aussi au décret du 30 juin 2015 relatif à la qualité des actions de formation. Michaël Amouyal, directeur général adjoint, revient sur la démarche.

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans une démarche de certification ?

Michaël Amouyal : «Pour attester de la qualité des diplômes proposés par notre école. Obtenir un certificat représente un réel gage de qualité pour les élèves et les entreprises partenaires de nos formations. Je connaissais déjà la valeur d’une certification car j’ai vécu la certification AFAQ ISO 9001 dans une précédente entreprise. J’avais été agréablement surpris par les résultats : meilleure cohésion des équipes et amélioration des processus en place. Depuis un an, je réfléchissais donc à engager My Business School dans cette démarche. L’objectif était d’améliorer nos services internes, notre système de management et de gagner en fluidité dans nos échanges avec nos clients (élèves comme entreprises partenaires de nos formations en alternance), nos fournisseurs et nos autres interlocuteurs de référence (Education nationale, ministère du travail, Pôle Emploi, OPCA, missions locales…).»

Michaël Amouyal

Comment la certification a-t-elle été mise en place ?

Michaël Amouyal :«J’ai d’abord pris le temps de me renseigner sur les organismes de certification existants sur le marché. Mon choix s’est tourné vers AFNOR Certification, pour son sérieux, le prix de la prestation et la réactivité de mes interlocuteurs… Tout au long de la démarche, AFNOR Certification fut à nos côtés, pour préparer au mieux l’exercice. En interne, nous avons mis en place un groupe de travail dédié composé de la directrice générale, moi-même, le directeur pédagogique, le responsable communication, celui des relations avec les entreprises, et la responsable qualité (poste mis en place expressément dans le cadre de notre démarche). Au programme : planning, feuille de route, cahier des charges… Aujourd’hui, toute l’équipe de My Business School est fière de ce parcours. En neuf mois, le groupe a obtenu son certificat AFAQ ISO 9001 version 2015 ! Et cela, sur un périmètre couvrant nos trois établissements (Aix-en-Provence, Marseille, Toulon) et nos différents types de formations (initiale ou en alternance), et par déduction pour l’intégralité de nos diplômes et titres RNCP [ndlr. Répertoire National des Certifications Professionnelles], tous reconnus et/ou certifiés par l’Etat. Nous sommes ainsi la première école certifiée sur la base de la nouvelle version de cette norme.»

Fondé en mars 2003, le Journal Chrétien est un média de référence ayant pour vocation de relayer au quotidien toute l’actualité des églises (catholiques, protestantes, évangéliques, pentecôtistes, etc.).

© 2018 Tous les droits d'auteur du Journal Chrétien ne doivent pas être reproduits sans permission.

Étiquettes

Chrétiens

Débouché Réel Listolo Noir Derbys Marsll Des Emplacements De Sortie De Dégagement Acheter Pas Cher Acheter lt1Cxng1A

Musulmans convertis au christianisme

Noël et les chrétiens

Chaussures Peter Hahn Exquisit Noir Peter Hahn Vente Visite Amazon Vente En Ligne Style De Mode Rabais uXinaW

Bible

Franklin Graham

Fusillade dans une église

Chrétiens de Syrie

Édition Limitée À Vendre Wiki Livraison Gratuite Chaussures De Sport Pour Les Femmes En Vente Bronze Brillant Cuir 2017 35 45 75 85 Modèle Philippe fLKXcfY

Liens Utiles